Infos
Twitter:
 

Accueil du site > Articles > Loisir > Comment choisir la voiture hippomobile qui vous (...)

Comment choisir la voiture hippomobile qui vous convient ?

Nous avons la chance aujourd’hui en France de disposer d’un choix très large de voiture deux ou quatre roues. Des voitures adaptées presque à chacun de nos besoins : balade, randonnée, entrainement, compétition … Reste à choisir votre futur modèle sur les conseils des fabricants, revendeurs ou concessionnaires, bien souvent pratiquants.




Êtes-vous meneur de loisir ou de compétition ? Balade ou randonnée ? Attelez-vous à un, en paire, voire à quatre chevaux ? Combien de passagers prévoyez-vous d’emmener avec vous sur les chemins de vos promenades ? Quels investissements en espèces sonnantes et trébuchantes êtes-vous prêt à consentir ?...

C’est en répondant à cet ensemble de questions que vous connaîtrez le type de voiture correspondant à vos objectifs, en vous rappelant qu’il existe des rapports incompressibles entre la capacité de traction des équins et le poids de la voiture hippomobile. Autrement dit, c’est le poids du cheval (ou des chevaux) qui détermine celui de la voiture à atteler.

Il sera conseillé à un meneur amateur, désireux de pratiquer l’attelage de loisir, d’acquérir une voiture polyvalente. Selon son évolution et ses envies, il pourra ainsi, tout à la fois, randonner sur les chemins et participer à des TREC (Techniques de Randonnée Equestre de Compétition) attelés et à des concours d’entraînement. Les constructeurs de voitures d’attelage déploient beaucoup d’ingéniosité pour améliorer la qualité de leur produit avec pour impératifs constants ceux de la sécurité et du confort du meneur et de ses passagers. Dans cette logique, ils attachent une importance toute particulière à un élément essentiel d’une voiture hippomobile : les suspensions. Suspensions classiques à lames, barres de torsion ou suspension pneumatiques, quel est le bon choix ou le bon compromis sur une voiture d’attelage à 4 roues ? Tout est affaire d’utilisation. Toujours au chapitre de la sécurité, vous privilégierez une voiture munie de freins installés sur les essieux avant et arrière, les freins à disques remplaçant désormais les traditionnels freins à tambour. Grâce à cette combinaison, vous aiderez votre cheval à retenir le poids de la voiture dans les descentes ou dans les devers. Au chapitre des roues, vous pourrez les choisir gonflables, pour plus de confort et si vous limitez vos ambitions à l’attelage de loisir ou aux concours d’entraînement. Si vous souhaitez vous engager dans les concours officiels d’attelage de compétition, votre choix se portera alors, sur des roues à bandage pour assurer à votre attelage une meilleure stabilité et une plus grande précision dans les trajectoires à négocier.

Retenez enfin que qu’elle que soit la pratique de l’attelage à laquelle vous entendez vous adonner, loisir ou sportif, il est conseillé vivement d’acheter votre voiture chez un vrai professionnel qualifié qui saura vous orienter vers le modèle ad hoc…, et vous assurer, le cas échéant, un réel service après-vente. Et cela n’a pas de prix !

A l’heure de la technicité.

Si la façon d’atteler et le concept de base des voitures n’ont quasiment pas changé, les matériaux et les agencements ont beaucoup évolué. Les freins mécaniques ou à manivelle sont devenues à disques, les roues en bois sont devenues métalliques, les moyeux ont été raccourcis, les alliages étant plus légers et plus résistants. Ces technicités ont été apportées par les fabricants de voitures face aux impératifs de la compétition et des loisirs. Ceci les a amené à travailler sur la stabilité (roues à angle négatif et sur roulement à billes), le centre de gravité, les largeurs et les poids imposés, les timons articulés ou flexibles, les bandages en caoutchouc, de façon à les rendre plus performantes et résistantes possible.


Le choix d’une voiture hippomobile est important selon l’usage que l’on en fera : compétition, entraînement, randonnées de plusieurs jours ou simple promenade. Elle doit être bien conçue et solidement construite : le choix devra être fait en fonction de son budget, du terrain sur lequel on l’utilisera, mais aussi et surtout de la morphologie de l’équidé qui y sera attelé (taille, largeur, masse). Ne négligez pas : la longueur et la courbure des brancards, l’assise du meneur (siège réglable), le système de freinage correct (au moins sur les roues arrières) et la fabrication (soudure, assemblage, épaisseurs, résistances des tubes). Pour les loisirs, recherchez le confort, la solidité, la maniabilité, les grandes roues, (qui fatiguent moins le cheval). Pour la compétition, la voiture doit être également solide, maniable mais aussi compacte et le plus stable possible.

Deux ou quatre roues ?


 La « deux roues » sera plus légère (deux seuls éléments de résistance au sol), roulante, compacte, facile à manipuler et à transporter mais aussi beaucoup moins chère. Elle manquera de stabilité (donc moins sécurisante) par rapport à la « quatre roues », avec un problème d’équilibrage de la voiture et des passagers par rapport au cheval. La montée et la descente de la voiture ne seront pas très pratiques pour le meneur. Les places à bords seront restreintes (un passager et, éventuellement, un groom à l’arrière en plus du meneur).


La « quatre roues » sera beaucoup plus robuste et stable, avec une plus grande liberté d’action pour le cheval et un nombre de passagers plus important. Dans les modèles de compétition, vous aurez le choix entre la voiture de marathon ou celle de présentation. Si votre budget est limité, optez pour la voiture mixte, plus avantageuse sur un plan financier avec la permutation (selon les épreuves) des lanternes, roues-cages, marchepieds, ou protections latérales. La « quatre roues » sera plus lourde qu’une « deux roues » (quatre éléments de résistance au sol), donc plus tirante pour le cheval. Le matériel de transport (camion ou plateau) sera plus conséquent qu’avec une « deux roues ».

 L’entretien.

L’entretien de votre voiture vous assurera des promenades en toutes tranquillités. Aussi, pour garder une voiture en bon état il faut l’entreposer dans un abri, sans grosses variations de température (usure des cuirs et du bois), la couvrir avec une bâche (contre la poussière), enlever les coussins et, s’il y a une capote, la laisser en position relevée et la graisser (la laver au jet après chaque sortie sans la gratter et ne pas la laisser sécher en plein soleil). Il faut poser les brancards sur un tréteau et mettre des cales sous les roues si le sol est en terre, sinon elles s’enfoncent et pourrissent. N’oubliez pas de graisser périodiquement les lames de ressort, de contrôler régulièrement le système de freinage, le serrage des écrous, la quantité d’huile ou de graisse dans les boites des fusées. Vérifiez si les roues tournent sans frotter (joints et écrous).

Votre choix de voiture est fait : il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter de belles randonnées aux guides de votre cheval.