Infos
Twitter:
 

Accueil du site > Actu. > Les Globe-trotters de l’Attelage (p4)

Les Globe-trotters de l’Attelage (p4)

 Parue le : vendredi 21 juin 2013

Et la route vers la Mongolie suit son cours. Les nouvelles du Week-end

 

Jeudi 20 suite et Vendredi 21 juin.

 

Le camion est réparé, sauf le réfrigérateur.

En route vers la frontière Pologne/Ukraine, les routes ne sont pas bien grandes.

Arrivée en fin d’après-midi au poste de frontière.

Le camion prend la file des moins de 10 tonnes, ça tombe bien, c’est un 9 tonnes ! 4 heures d’attente, certains se font fouiller de fond en comble juste devant. S’ils fouillent le camion, ça va donner ! Mais un sérieux contrôle des papiers et c’est bon ! A 22H30, entrée en Ukraine. Jean-Pierre, Alain et Robert se sont lavés dans le camion et prennent une petite bière avant de reprendre le volant pour rouler la nuit malgré la fatigue qui commence à se faire ressentir.

C’est Alain qui ouvre le bal : 1ère arrestation, je ne sais pas lequel était dans la couchette derrière le chauffeur, mais pas le droit, une prune directement dans la poche du policier.

Maintenant, c’est Robert qui est au volant. 2ème arrestation, trop vite Robert ! une autre prune négociée à la baisse par Robert.

Pour finir, Jean-Pierre ne passera pas à travers les mailles du filet. 3ème arrestation, mais rien à reprocher, il peut repartir. En prime, une 4ème arrestation où là, la vitesse ne devait pas être trop bonne, mais Jean-Pierre prend un air bête de celui qui ne comprend rien, et circulez !

6 H du matin, 7H en Ukraine, un petit arrêt petit déjeuner 100 KM environ avant Kiev.

Nos trois chauffeurs font maintenant attention à tout pour ne pas reprendre de PV et roulent toute la journée.

Beaucoup d’attelages circulent sur les routes en Ukraine.

17H55 à Fleury, je reçois un coup de téléphone, c’est Alain qui me dit « Ton mec a quelque chose à te dire », je me dis « Qu’est-ce qui lui arrive ? », et aussitôt, j’entend chanter « On est en Russie ! On est en Russie ! ».

Ils sont en Russie, mais ça n’a pas été sans péripéties : Ils décident de prendre la file des caravanes et camping cars, mais un douanier complètement hystérique leur fait signe de partir de là, l’un d’eux essaie de répondre et d’expliquer, mais très brièvement seulement, car le personnage devenait de plus en plus coléreux.

Ils prennent alors la file des camions et pendant ce temps Alain va dans un bureau se plaindre et pleurer qu’ils sont un camping car et que le collègue d’à côté les a rejetés. Le brave douanier est complètement d’accord qu’ils sont un camping car et décide alors de les faire passer, sauf que « par ici, par ici », Jean-Pierre qui était au volant, accroche le rétroviseur du camion voisin dont le chauffeur devient lui aussi complètement menaçant. Robert entreprend la discussion et négocie une somme pour le rétro…..

Je crois que nos voyageurs vont rouler encore un peu ce soir, mais vont penser aussi à se reposer.

Maintenant 6000 KM pour traverser la Russie d’Ouest en Est et atteindre la prochaine frontière Russie/Mongolie.

Nadine

 

" Courage à eux, la Mongolie se rapproche !!!"

François Durand, ATTELAGES MAGAZINE

 

Samedi 22 juin. 

 

Hier soir, la soirée s’est bien déroulée.

Après la frontière, les trois camarades roulent encore une heure ou deux et trouvent un petit chemin sympathique menant à une maison dont les habitants russes étaient très accueillants.

L’installation leur est permise, branchement électrique directement tiré sur le pylône devant la maison.

Jean-Pierre montre au couple russe le superbe album photo que Patricia lui a offert avant de partir, l’étonnement et l’intéressement sont grands. On sort le ratafia, puis arrive en contre partie la boisson locale, un verre dans chaque main : dans une main un verre de vodka bu complètement, dans la deuxième main, un grand verre d’eau avalé aussitôt. On comprend mieux pourquoi quand on a goûté, il paraît que ce n’est vraiment, mais vraiment pas bon !

Robert sort le barbecue pour faire cuire quelques ailerons de poulet donnés par un chauffeur poids lourds avec qui la sympathie avait due être liée lors des passages de frontière.

Après une bonne nuit, il faut repartir.

Les routes ne sont vraiment pas bonnes, ça ne roule pas bien, pas plus de 50 km/h de moyenne, des policiers et des radars sans arrêt, encore un procès pour aujourd’hui, car nos trois chauffeurs n’ont pas encore bien pris leurs repères en ce qui concerne la conduite, des lignes blanches qui s’entremêlent, l’une est coupée et un contrôle était justement là.

Ils restent positifs et expliquent qu’en fait, ils ont calculé que comme le prix du gaz oil est moitié moins cher, ils peuvent se permettre un, voir un procès et demi de moyenne par jour.

Des pannes sont toujours à réparer, mais pas le temps !

Jean-Pierre me confie qu’il a fait une promesse. A qui donc ?

A son camion. « S’il nous ramène, jamais je ne le vendrai !... »

Ce midi, un arrêt dans un petit restaurant local, au menu brochettes, boisson ? thé…

Etant donné l’allure, décision est prise de rouler toute la journée ainsi que toute la nuit pour essayer d’être dans le timing, et de réserver un hôtel pour demain soir à UFA, le besoin de douche soit se faire ressentir.

Aujourd’hui, il a été très agréable de traverser la Volga sur un pont d’environ 10 km près de la ville de Samara.

Voilà, l’hôtel est réservé, peut-être pourront-ils se connecter demain soir et nous faire parvenir quelques photos qu’Alain aura prises.

Nadine