Infos
Twitter:
 

Accueil du site > Actu. > Les Globe trotters de l’attelage (p22)

Les Globe trotters de l’attelage (p22)

 Parue le : lundi 5 août 2013

On pensait faire 800 KM de pistes, on en a fait environ 1200.

26, 27 et 28 juillet

 

La piste, c’est 80% du temps où l’on roule sur de la tôle ondulée à plus ou moins grosses ondes. La bordure du désert est composée de sable et de petits cailloux, quand le véhicule passe le sable s’envole, il reste les petits cailloux qui se mettent en tôle ondulée pour une raison que je ne comprend pas. On est quand même obligé de rouler dessus, sinon c’est trop tirant, mais cette tôle ondulée vient à bout de n’importe quelle mécanique tellement ça fait de vibrations.


Après avoir démonté le coffre qui était à mon avis surchargé, nous décidons de lester le camion et prenons le risque de vider nos 6 bidons de 20 l de gaz oil, de ne plus remettre d’eau, je pense qu’il faut enlever les plaques d’envol (250 KG de plaques de 3 m de long sur 0.60 de large amenées par les américains à la guerre de 40 et qui servent à se désensabler et rouler dans la boue), mais on les garde.

Ce n’est pas toujours nous qui sommes en panne, on croise très peu de véhicules (10 par jour), mais beaucoup sont en panne. On regonfle les pneus d’un camion de bois, car j’avais fait mettre une sortie d’air comprimée, un tuyau et un appareil pour gonfler.


Après avoir traversé une montagne où il n’y a que des yacks et 4 ou 5 voitures d’attelage devant chaque campement, ce qui nous fait penser qu’elles servent aux déplacements des yourtes, nous descendons vers le désert de Gobi, nous l’apercevons pendant une centaine de KM, pas de photos, c’est trop loin.


Beaucoup de chameaux et des chevaux qui ne ressemblent plus du tout à nos chevaux Mongols que l’on a attelés, qui ressemblent plus à des pure sangs arabes.

Aujourd’hui, nous sommes arrêtés dans la ville de Khovd à 328 KM de la frontière, le camion est en panne : plus de direction assistée, très dur à conduire, jauge à gaz oil, phares, etc... Le camion est chez un réparateur, on va faire faire la révision complète pour passer la frontière. Nous pensons ne plus avoir de pistes, mais la route secoue autant, sauf qu’on peut rouler plus vite. 


Jean-Pierre