Infos
Twitter:
 

Accueil du site > Actu. > A Caen ce week-end, un avant goût des JEM 2014

A Caen ce week-end, un avant goût des JEM 2014

 Parue le : samedi 24 août 2013

Vendredi 23 août 2013 marque une date symbolique pour les Jeux Équestres Mondiaux FEI Alltech™ 2014 en Normandie. Le compte-à-rebours affiche J – 365 avant l’ouverture de la manifestation équestre. A une année pile des trois coups, où en est la préparation du premier événement sportif en France en 2014 ? Quels sont les dossiers prioritaires de son comité d’organisation ? Quelles seront les prochaines grandes échéances ?

Fabrice Martin lors de la maniabilité test du 23 août (photo F. Durand)

Les réponses expertes de Laurent Beauvais et Fabien Grobon, respectivement Président et Directeur Général des Jeux Équestres Mondiaux FEI Alltech™ 2014 en Normandie.

A une année de l’ouverture, le comité d’organisation des Jeux Équestres Mondiaux FEI Alltech™ 2014 est-il fidèle à sa feuille de route ?

Laurent Beauvais : Oui. Nous sommes alignés sur l’échéancier écrit lors de la première année de travail du comité d’organisation. Nous sommes à mi-parcours d’une succession de trois épreuves préparatoires, en concours complet, endurance et attelage. Nous préparons la réunion des chefs de mission des nations participantes, prévue les 27 et 28 août à Caen, au nouveau siège social de l’un de nos partenaires, le Crédit Agricole de Normandie. Et les premiers résultats de la billetterie, ouverte le 6 juin dernier, s’avèrent très encourageants. Nous avons choisi de nous approprier la devise de l’équitation française : « Calme, en avant et droit ». Nous avançons donc sans euphorie ni angoisse, avec la volonté quotidienne de livrer dans une année un évènement qui sera non seulement la première épreuve sportive en France en 2014, mais aussi une grande fête des sports équestres pour les cavaliers, les fans d’équitation et tous ceux qui ont une histoire personnelle avec le cheval en Normandie et ailleurs.

Revenons sur les trois épreuves préparatoires, organisées au mois d’août sur les sites des prochains Jeux Équestres Mondiaux. Quel bilan en tirez-vous ?

Fabien Grobon  : Ces trois premières épreuves n’étaient pas une répétition générale, mais une opportunité de tester et simuler certains aspects clefs de l’organisation. C’est pourquoi, nous avions choisi de les faire disputer sans public, sur des compétitions d’un niveau 2 étoiles, donc inférieur à celui des Jeux Équestres Mondiaux. En concours complet, l’objectif était de tester la piste du Haras national du Pin et le transport des chevaux entre l’Orne et Caen. Les retours des cavaliers français et internationaux ont été très positifs. En endurance, nous voulions également effectuer un test de la piste en conditions de compétition internationale. Les concurrents l’ont trouvée sélective et exaltante. Enfin, l’épreuve d’attelage nous permet de vérifier la qualité du terrain artificiel, le premier du genre utilisé pour des Jeux Équestres Mondiaux. Nous serons attentifs aux retours des meneurs d’attelage après la course de demain.

Les épreuves préparatoires vous ont-elles également permis de mettre votre organisation à l’épreuve des faits ?

Laurent Beauvais : Tout à fait. Une cinquantaine de permanents du comité d’organisation a travaillé avec environ 600 bénévoles. Nous avons ainsi basculé, pendant trois semaines, vers une organisation opérationnelle sur les sites, comme nous le ferons pour de bon à partir du mois d’avril 2014.

Comment avance la billetterie ?

Fabien Grobon : Nous souhaitions vendre 100 000 places avant la fin de l’année 2013. Depuis l’ouverture le 6 juin de la première phase de vente, réservée aux licenciés français et aux fédérations étrangères, nous en sommes actuellement à 85 000 places déjà achetées, dont environ 50 000 à l’étranger. Cette première phase a également permis de vérifier la pertinence et l’efficacité de notre système de réservation des places, très innovant, conçu pour un achat en ligne sur tous les supports, y compris les mobiles et les tablettes.


Quelles sont les prochaines grandes dates de la préparation des Jeux Équestres Mondiaux FEI Alltech™ 2014 en Normandie ?


Fabien Grobon : La première est très prochaine, puisqu’il s’agit de la réunion des chefs de mission des nations participantes, les 27 et 28 août. Nous en recevrons une quarantaine, sur la soixantaine de pays attendus l’an prochain. En novembre débutera la deuxième phase de mise en vente des places, toujours sous forme de pass, mais cette fois pour le grand public. Ensuite, le mois d’avril marquera une date importante, à double titre : l’ouverture de la vente des billets à l’unité, et la bascule des équipes d’organisation vers les sites de compétition.

Où en est la promotion de l’évènement ?

Laurent Beauvais : Elle a déjà débuté, mais va s’intensifier progressivement au cours des mois à venir. Nous allons nous adresser à un public de plus en plus large, en Normandie, en France comme à l’étranger, pour leur expliquer que les Jeux Équestres Mondiaux s’annoncent comme une grande fête des sports équestres, un évènement sportif et extra-sportif. Nous avons déjà distillé dans la presse des histoires d’Hommes et de chevaux, nous allons continuer. Nous allons également dévoiler des surprises sur la cérémonie d’ouverture, le festival de musique…

Fabien Grobon  : L’an prochain, en Normandie, le public devrait être divisé entre les gens qui diront « J’y étais », et ceux qui répondront « J’aurais dû y être. »

Vendredi 23 août, les premiers dressages sur l’hippodrome de la Praire avec le CAI- de Caen.

La carrière du CAI-A4 de Caen (photo F. Durand)

L’Espagnol, Jose Reyes Barranco (photo F. Durand)

Anthony Horde (photo F. Durand)

Fabrice Martin (photo F. Durand)

L’Américain Chester Weber (photo F. Durand)

Sébastien Vincent (photo F. Durand)


Et la maniabilité test du vendredi 23 août :

Une qualité de sol semblant faire l’unanimité (photo F. Durand)

Le Britannique Wilf Bowman-Ripley (photo F. Durand)

L’Allemand Ludwig Weinmayr (Photo F. Durand)

L’Espagnol Juan Real Garcia (photo F. Durand)

Anthony Horde (photo F. Durand)

Sébastien Vincent (photo F. Durand)